Occultation des maltraitances causées par les seniors: les raisons. (3)

power maltraitancesFaire émerger la maltraitance causée par des seniors sur les aidants ou sur des tiers est très compliqué actuellement, en raison de 4 facteurs:

A  Il faut que la maltraitance soit détectée par la victime (tiers ou aidant).

Pour cela,

  • le rôle de proche aidant devrait être reconnu socialement: on en est si loin que beaucoup d’aidants évitent même de mentionner leur rôle à leurs amis proches.
  • la manipulation, les demandes exigeantes, le manque de respect de la personne aidée devraient être identifiés comme de la maltraitance. Souvent les aidants épuisés n’ont pas l’information utile pour détecter ce qui les détruit.
  • la victime devrait admettre son statut de victime. L’entourage ou les professionnels minimisent souvent l’abus subi, vu l’absence de traces. Ce désaveu des tiers provoque une accumulation d’émotions, de colère et de culpabilité chez l’aidant. La situation peut même s’alourdir et s’inverser quand la victime est vue comme « épuisée ou agressive », donc source du problème!
  • la victime remettrait en cause la balance inégale du lien d’aide et son jugement sur le senior auquel elle est souvent liée par des liens affectifs. Elle  n’a pas la neutralité du professionnel: le senior aidé n’est pas un patient mais un  père ou une mère à qui elle ne doit plus trouver d’excuse du genre « ma mère ne se rend peut-être pas compte ! » . Ce lien familial alourdit en fait le traumatisme subi.

A la question d’un jeune qui  me demandait «Pourquoi  tolère-t-on  des actes inadmissibles de la part du senior alors qu’on ne les accepte pas d’un jeune enfant? »

Il y a une différence de traitement effectivement. Comment l’expliquer? Nous avons tous intégré culturellement que dans le duo adulte/jeune enfant, le parent doit aider le jeune enfant à se construire pour quitter la dépendance qui le retient à son parent. Ce binôme constructif n’est pas possible avec un senior (sauf de très rares exceptions).  Même si le vieillard d’aujourd’hui est l’enfant d’hier, il n’y a pas eu de conditionnement sociétal spontané à s’intégrer dans un partenariat pour gérer sa fin de vie.  Le projet personnel* de l’aîné aidé s’oppose, dans la majorité des cas, à une idée de collaboration: le senior n’est pas instruit sur la dépendance dans laquelle il plonge et qu’il voit comme une régression. Cette frustration, cette inadaptation et la non-reconnaissance de la situation réelle se déversent bien souvent en vagues de reproches et en tensions supportées par les assistants qui subissent la « loi du senior ».

zone grise

B.  Notre société n’est pas prête à assumer les conséquences sociales de cette zone grise de maltraitance vis-à-vis des aidants naturels notamment, qui sont les piliers invisibles de la prise en charge de la dépendance. Dans les logiques actuelles d’économie en santé publique, l’aidant familial ou les aidants professionnels sont des acteurs clés d’une solidarité pour le maintien à domicile ou le soin  des seniors, alors que toutes les autres solidarités se délitent dans la société.

C.  Les phases de vieillissement de la personne sont peu connues pour beaucoup d’entre nous.

Être vieux dans notre société, qui prône la jeunesse et laisse ses aînés sur les bras de proches ou de professionnels saturés n’est pas réjouissant. La dépendance devient un drame personnel: une cassure pénible s’établit pour le senior avec la société, son statut et ses habitudes. De plus, le type de société qui révérait le grand âge a disparu notamment en raison du baby-boom du grand âge. Les aptitudes sociales d’échange et d’aide se diluent en raison de l’individualisme encore renforcé par l’attitude de certains seniors qui veulent « profiter » jusqu’au bout. Il y a peu de réflexion sur la relation aux autres, sur les handicaps de l’âge, et les nouveaux jeux de pouvoirs et dérives dans les relations d’aide au vieillissement.

D.  Certains seniors sont plus à risques que d’autres pour provoquer des maltraitances mais ne sentent pas concernés.

Face à l’augmentation de la longévité, la population  des seniors n’est pas homogène. La nature des violences provoquées par les personnes âgées est très liée à leur histoire,  à leur mode de vie mais aussi au fond à leur forte personnalité qui les laisse hors d’atteinte de toute médiation.

La situation ne semble pas prête d’évoluer.

« Qui n’a jamais pratiqué une seule fois dans sa vie l’aide à une personne dépendante ne sait rien de l’énergie que cela exige et rien non plus de la solidité psychique requise. A plus forte raison lorsqu’on fait cela toute l’année » Témoignage de Djam.

fleur mauve

 

 Un peu de bienveillance donc pour nos semblables et ceux qui ont ce statut d’aidants. Ce sont eux qui adoucissent les peines du grand âge !

***

 

 

 

* au nom de son autonomie  revendiquée….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s