« Aphrodite et vieilles dentelles ». Karin Brunk Holmqvist

En Suède, Elida et Tilda, vieilles filles de 72 et 79 ans sont deux soeurs qui vivent relativement isolées à la campagne. Leur frère Rutger plus jeune, mais vieillissant aussi est instruit et s’ est installé avec sa famille, en ville. Elida et Thilda continuent de vivre dans un confort rudimentaire, avec des WC archaïques à l’extérieur de la maison. Elles se contentent de  peu et sont même rétives à la modernité. Elles font du café, des confitures, lisent le journal ou brodent.

chat noir

« Le gros matou noir de Molin est dans les fleurs d’Alvar, s’alarma Thilda »

Dans ce quotidien rude parsemé de quelques chamailleries, l’arrivée d’un voisin sexagénaire Alvar Klemens va bouleverser la monotonie. Les soeurs vont faire assaut de coquetterie et se lancer dans un grand projet: faire construire des toilettes à l’intérieur de leur maison! Pour financer cet aménagement, Elida et Tilda vont trouver une source de revenus. En observant ce qui se passe chez leur nouveau voisin, elles entrevoient l’occasion inespérée d’améliorer leur quotidien…

L’auteur

Karin Brunk Holmqvist, née en 1944 en Suède, a exercé plusieurs professions: assistante sociale, employée en maison d’arrêt..etc. Ensuite, elle réussit des études de sociologie et se met à écrire des recueils de nouvelles et de poèmes. « Aphrodite et vieilles dentelles » est son premier roman publié en 2015. Elle figure maintenant parmi les plus populaires écrivains suédois.

Commentaire

La vie est pleine de surprises. Une nouvelle relation dans le cercle d’un aîné peut lui amener un regain de vie, un souffle d’innovation. Pour les deux sœurs encore curieuses de tout, leur nouveau voisin est un messager d’idées actuelles et de références modernes bienvenues dans leur univers trop étriqué.

Le roman est aussi la démonstration exquise du sens de l’observation de certains seniors qui ont le temps nécessaire pour l’apprentissage et la réflexion. Leur longue expérience des choses et de la nature humaine leur permet de faire des liens inattendus.

Le passage du roman relatant comment leur couverture en patchwork parsemée de pièces assemblées où chaque carré a sa propre histoire est une idée émouvante. Peut- être une piste intéressante à exploiter dans les ateliers créatifs seniors ?

On découvre avec amusement et ébahissement les gaffes et audaces de ces deux sœurs, dans leur apprentissage de gestion de leur invention.

Le scénario est déjanté, avec un humour loufoque allié à un indéniable charme nordique. Ce que j’apprécie, comme beaucoup de lecteurs.

Une phrase

 «Alvar n’en finissait plus de manger. Il était comme un coq en pâte et complimentait ses voisines. Tilda et Elida mangeaient aussi de bon appétit. Les plats avaient toujours meilleur goût lorsqu’on avait de la compagnie

 « Aphrodite et vieilles dentelles ». Karin Brunk Holmqvist. Collection « J’ai lu »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s