Qui paie le coût d’un séjour en maison de repos ? (1)

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Je suis toujours ahurie de voir que la plupart des pensionnaires de maison de repos pensent assumer totalement seuls les frais de leur séjour en maison de repos.

Odette m’a déclaré: « Je ne suis pas une résidente mais une cliente ».

Paiement 2.jpg

En fait, le séjour en maison de repos est financé par deux sources :

  • Une contribution du résident : le pensionnaire paie un prix journalier fixé par la maison de repos selon le type de chambre. Ce prix comprend notamment le séjour en chambre et les repas.  Le prix moyen est de  +/- 45 €  par jour
  • Un forfait payé par l’assurance soins de santé (Inami) intervient pour les coûts liés aux soins des résidents de maisons de repos. La mutualité des résidents paie ce forfait directement à la maison de repos. Ce forfait est lui aussi d’un montant de +/- 45 € par jour. L’Inami intervient donc bien financièrement pour une bonne partie des coûts.

home,maison repos,coût,inami,résident,forfait

 * * *

 

Un commentaire sur “Qui paie le coût d’un séjour en maison de repos ? (1)

  1. Le parlementaire flamand Kurt De Loor (sp.a) écrit « Nos vieux jours sont devenus un marché porteur, riche en opportunités. Les lits de maison de repos représentent un investissement de rêve ». « Cependant, l’état peut se retrouver vite dépassé. Notre modèle de soins actuel risque de se transformer en modèle commercial ».
    C’est exact. Chacun s’occupe de soi, les actionnaires aussi. Et l’Etat évite des frais en n’investissant plus directement lui-même.
    Comme le propose le parlementaire De Loor, il est temps d’ouvrir le débat des prix dans les maisons de repos notamment en expliquant au public la base de leur financement comme détaillée dans cette série d’articles ici.
    Article levif.be « Une vieillesse sereine, un luxe réservé à une élite ? »
    http://www.levif.be/actualite/auteurs/kurt-de-loor-1161.html?show=opinions

    J'aime

Les commentaires sont fermés.