«Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» Jonas Jonasson

Réjouissant ! Coloré ! Drôle !

Alors que les romans ou de récits traitant du vieillissement nous emmènent souvent sur des pistes moroses, ce livre est un cocktail de bonne humeur et d’aventures et un régal explosif d’humour noir.

éléphant.jpg

En plus, Allan trouvait qu’avec toutes ses rides sur la tête Sonja ressemblait à un vieillard plein de sagesse…

Une maison de retraite suédoise s’apprête à célébrer dignement le centième anniversaire d’un résident mais celui-ci, Allan Karlsson, ne veut pas fêter son anniversaire. Il déteste ce genre de festivités et s’enfuit simplement par la fenêtre, chaussé de ses pantoufles.

Jonasson2.jpgA partir de cette fugue, le roman déroule deux flux d’aventures : le présent du centenaire en 2005 dans son incroyable périple en Suède et son passé  à partir de l’enfance d’Allan en tant que coursier dans une fabrique d’explosifs. Ensuite, à force de petites expériences, Allan est devenu un artificier de génie. Allan Karlsson a voyagé  en Espagne, aux USA, en France, en Russie, France et en Indonésie. Il y a rencontré Franco, Truman, de Gaulle, Johnson, Churchill, Staline, Mao, Kim Jung et même Sonja, une éléphante. Grâce à un réseau de coïncidences totalement improbables, nous revisitons l’histoire du 20e siècle.

Karlsson est dépeint comme un suédois apolitique et inculte, naïf mais futé et attachant. Il n’est pas du genre à réfléchir avant d’agir mais accomplit des choses détonantes.

L’auteur

L’auteur de ce best-seller paru en 2011 (800.000 exemplaires) est Jonas Jonasson, écrivain  et journaliste suédois né en 1961. Installé en Suisse au bord du lac de Lugano, c’est là qu’il a écrit ce roman dont le titre original est The Hundred-Year-Old Man Who Climbed Out the Window and Disappeared, présenté chez nous sous le titre Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

Réflexion…

Vu le ton décalé, ce roman jubilatoire n’est pas à prendre au sérieux. Il met cependant en lumière un aspect nouveau et intéressant qui nous retrouverons dans d’autres romans ou récits: la personne âgée qui ne plus supporter la vie en institution, en résidence décide de reprendre son destin en main.  

Ici, Allan Karlsson fugue car l’autoritarisme de Sœur Alice lui est insupportable. Dans son récit «Gagatorium», Christie Ravenne a fait preuve de la même détermination pour fuir « sa » résidence-services.

kindle 2.jpgCitation

On demande à Allan de parler de ses études.

– Pas de quoi fanfaronner dans ce domaine, dit Allan. Trois ans seulement.

– Trois ans? s’exclama le docteur Eklund. En trois années d’université, on ne devient ni mathématicien, ni physicien, ni chimiste, monsieur Karlsson !

– Non, je veux dire trois ans en tout. J’ai arrêté l’école à neuf ans.»

«Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» Jonas Jonasson. (Editions Presses de la Cité 454 pages , ou Kindle).

6 commentaires sur “«Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire» Jonas Jonasson

  1. je note cette bonne suggestion. Bon là en 2012, 3 plugins de sortie…on n’a plus trop de sous pour payer le dev’. Mais on note cette bonne suggestion !

    J'aime

  2. Pourquoi Allan ne veut pas fêter son anniversaire?
    Dans la maison de retraite, la fête d’anniversaire pour Allan Karlsson se prépare mais le centenaire ne veut pas de cette fête. Il déteste la maison de retraite, les ordres de Sœur Alice et les mondanités. Par caprice, il s’enfuit. Allan agit par instinct sans y avoir réfléchi.
    Le titre original de ce roman suédois (‘ Hundraåringen som klev ut genom fönstret och försvann ‚ traduction : un centenaire qui a grimpé par la fenêtre et a disparu) mettait l’accent sur la fuite alors que le titre de la version française met plus en évidence un refus d’anniversaire: « Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire »
    Certains seniors sont très contents d’être fêtés, d’autres pas. J’en connais quelques-uns. Parmi les réticents, souvent des hommes, certains peuvent avoir été déçus dans leurs projets de vie, par la perte d’un statut social antérieur, ou par leur entourage. La fête n’est pas vue comme un moment de vie heureux ensemble mais au contraire, leur donne l’impression d’une comédie qui réjouirait tous les autres et pas eux. D’autres aiment simplement la discrétion vu leur situation de santé difficile ou dépendante ou aspirent à un calme vital car ils ne supportent plus de perturbations.
    En 2004, le très beau film flamand « Confituur » de Lieven Debrauw explorait avec beaucoup de justesse le thème du refus d’anniversaire, celui d’un mari qui refuse de fêter avec sa femme leurs 50 ans de mariage. Tout la famille et le village songent à la fête mais Tuur disparaît là aussi !

    J'aime

  3. Adaptation au cinéma:  » Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire ».
    Ce roman fait aujourd’hui l’objet d’une adaptation au cinéma par Felipe Hemgren.
    En Suède, le film a remporté un grand succès.
    Cette farce cinématographique assez longue mettant en scène un tonique vieillard gaffeur touchera peut-être moins les spectateurs français que ne l’a fait le phénomène littéraire.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.