«Une soirée d’été aux Charmilles, Auvelais… »

Lors d’une période de convalescence avant de regagner son domicile, Madame Chausteur, écrivain, 94 ans, a séjourné en court-séjour aux Charmilles à Auvelais. Elle nous décrit comme un peintre impressionniste une soirée d’été dans l’établissement.


Fenêtre ouverte pour profiter du soleil, j’aperçois dans la prairie un petit oiseau, ventre tout blanc, tête, dos, queue noirs, c’est une pie.

Elle picore ou se rafraîchit à l’ombre d’arbres en fleurs, peu nombreux dans la verdure épaisse qui les entoure…Calme et beauté!

Le soleil a reculé. Pardon! Erreur, c’est la Terre, incapable de rester en place. Le ciel d’un bleu timide se cherche une place entre des nuages divers qui eux aussi me font rêver!

Ici, le profil d’une île connue; là les volutes d’une cheminée, la dentelle d’une vague marine.

Stop! Et les Charmilles?

Ce ne sont pas des abris de feuillage à buts divers comme ceux des dames et demoiselles de la Cour de France, dans un passé très loin.

Beaucoup mieux : un grand bâtiment solide, bien agencé. Une maison de repos et de soins aux buts précis.

Ce n’est pas un abri précaire, c’est la sécurité assurée dans des bâtiments solides, bien étudiés, agréables, sur une vaste superficie pour l’ensemble « immobilier»et une large étendue pour les bienfaits de la nature.

Une « Maison de vie » pour les délaissés, des blessés, des victimes d’une existence peu favorable, pour des personnes d’un âge avancé(troisième ou plus) atteintes par des accidents corporels, des maladies, des infirmités, pour quoi ou pour qui, la médecine actuelle, malgré ses progrès constants, ne peut plus grand-chose.

Le vingtième siècle qui parait déjà si éloigné pour certains, n’a pas manqué de guerres dans notre pays, en Europe et dans le monde: cherche-t-on une compensation? Il faut par exemple toujours aller plus vite: trains, autos, avions, bateaux, rencontres et réussites personnelles; par contre, l’ancien espace vital a rétréci, telle l’antique «ferme», demeure familiale où plusieurs générations restaient, séparées sous un même toit.

Les Charmilles assurent donc le relais, la vie et bien sûr, les soins!

Aux trois étages occupés par les résidents, des «blouses blanches d’uniforme», survêtement de précaution, virevoltent dès le matin pour distribuer et surveiller, les directives médicales inscrites pour chacun, aider les moins valides à revêtir une tenue valorisante,…

Ensuite une autre desserte roulante (accompagnée bientôt par les sourires des nouveaux résidents) : une brosse- balai! Son manche est presque aussi long que la taille de la préposée à l’hygiène et la propreté des locaux publics et privés!

Les équipes responsables de la restauration déposent, dans les chambres ou sur les tables conviviales de la vaste salle à manger, les assiettes d’aliments des plus naturels.

A côté d’autres spécialistes officiellement reconnus, il faut ajouter des bénévoles, parfois anciennes ; leur coup d’œil «panoramique» sur les personnes et sur les choses obtient toujours des résultats favorables à tous.

«La nuit s’étend sur les champs de  bataille»  (Victor Hugo – début du 19e siècle). Non! En astronomie, l’obscurité vespérale ne descend pas, elle monte peu à peu, au fur et à mesure que la Terre-Planète s’éloigne de la Terre-Sol, par son mouvement perpétuel.

Chausteur 1.jpg

Au fond du tableau, un bruit…? Ferroviaire? Oui! Des trains; le modeste: Charleroi-Liège ou le long France- Allemagne (ou Paris – Aachen…). Plus haut, un itinéraire routier, électrique, s’allume pour les noctambules…

Bonne nuit, les Charmilles!

Marie-Andrée Chausteur.

Mai-juin 2012

 

Publié avec l’aimable autorisation de l’auteur (publié dans Charmillésime octobre 2012)

Femme de lettres, enseignante, Marie-Andrée Chausteur a publié des récits, romans, des recueils de poésie pour enfants («Brindilles»-3 tomes). Outre ses œuvres de fiction, elle a publié des récits inspirés de voyages. De nombreux prix littéraires couronnent son œuvre.

Son dernier ouvrage «Femmes obstinées Droits conquis!» évoque le destin de toutes ces femmes qui furent des pionnières et ont marqué l’histoire des sciences.

Possibilité d’acquérir l’ouvrage en  contactant l’auteur  (tél 081 734612)