Etudes et regards neufs sur les centenaires

Au niveau mondial

Les centenaires devenant trop nombreux, une association mondiale basée à Los Angeles, le « Gerontology Research Group » (GRG) recense le nombre de supercentenaires.

Pour être enregistré dans la base de données, il ne suffit pas d’être très âgé, encore faut-il pouvoir en fournir les preuves. Des documents incontestables sont nécessaires pour la validation et l’enregistrement d’un supercentenaire dans la base de données du GRG: un certificat de naissance,  un certificat de mariage si la personne a été mariée et une preuve de vie.

Une table des supercentenaires validés est publiée et mise à jour par le Gerontology Research Group. La doyenne de l’humanité serait actuellement une supercentenaire japonaise Misao Okawa née en 1898.

Toutes les informations sur les centenaires belges sont collectées par  les correspondants belges  qui sont actuellement  le Prof. Michel Poulain (UCL), Mr. Bart Versieck (GRG Senior Editor), Mr. Peter Vermaelen et Mr. Anthony Croes-Lacroix qui transmettent leurs informations au GRG.

Déterminer le doyen de l’humanité est assez complexe. Tous les pays n’ont pas enregistré avec la même rigueur les actes de naissance. De plus, ces informations sont privées et ne sont pas délivrées à des tiers par les administrations. Certaines familles tentent aussi d’éviter la meute médiatique autour de leur centenaire: il existe parfois une véritable traque aux centenaires. A l’inverse, d’autres familles tentent de commercialiser le record de longévité de leur supercentenaire.

Outre le Gerontology Research Group, des records de vieillesse sont aussi officialisés par le Guinness World Records ou par le Limca Book of Records website, chacune des organisations ayant ses propres critères.

La notion de doyen ou doyenne de l’humanité restera  toujours sujet à controverse pour les raisons évoquées ci-dessus mais aussi parce certaines personnes qui ont postulé une reconnaissance n’ont pas pu faire certifier leur âge de façon incontestable; d’autres cas peuvent avoir été reconnus erronément.

Faire son jardin.jpg

Certains centenaires cultivent encore leur jardin.

En Belgique

Des études sur les centenaires ont été réalisées par le démographe Michel Poulain qui est un  spécialiste de l’étude de la longévité et de la validation de l’âge des personnes très âgées. « Ce qui est formidable, lorsqu’on travaille sur les centenaires, c’est qu’on n’étudie pas la mortalité mais la longévité. C’est un thème de recherche très positif» estime Michel Poulain.

Michel Poulain a rencontré beaucoup de centenaires en Belgique et à l’étranger et a relevé les différents facteurs de leur vie qui pourraient leur avoir été favorables. Le premier travail du chercheur consiste cependant à valider l’âge des personnes concernées.

Aux Pays-Bas

D’un point de vue biologique, la question de la longévité maximale de l’être humain est tout aussi passionnante. Une centenaire hollandaise, Hendrikje van Andel-Schipper, qui  avait accepté que son corps soit donné à la science, a fait progresser les scientifiques dans la compréhension des mécanismes des limites de la vie humaine : nos cellules doivent régulièrement se renouveler.

Morte en bonne santé à l’âge de 115 ans, cette centenaire était décédée en 2005, sans qu’une raison précise puisse être déterminée.

Le généticien Henne Hostege a découvert pourquoi la vie de  la centenaire avait cessé. Il a publié une étude dans la revue Genome Research. 
Le sang humain contient habituellement 1.300 cellules souches actives qui se divisent constamment et se régénèrent.  Or, l’échantillon de sang de Hendrikje van Andel-Schipper ne contenait plus que «deux cellules souches actives qui à elles seules maintenaient le taux de globules à niveau». Où étaient passées les « 1.298 autres cellules souches » chez la centenaire ? « Les généticiens ont alors étudié l’épaisseur des télomères, extrémités des chromosomes. Ceux-ci raccourcissent avec l’âge, à chaque division cellulaire. Une fois que les télomères sont trop courts, la division cellulaire est impossible: la cellule meurt. On estime que les télomères agissent telle une horloge biologique qui précipite la mort des cellules souches ». 

C’est donc le non-renouvellement cellulaire sanguin de Hendrikje qui a provoqué son décès « inopiné ».

Aux Etats-Unis,

A Columbia, la photographe Anastasia Pottinger a développé un projet photographique particulier relatif aux « centenaires ». Contactée par une femme de 101 ans qui voulait que son corps soit photographié et que son identité  reste secrète, la photographe a été fascinée par  le résultat et ces clichés très spéciaux. C’est ainsi qu’est née l’idée de montrer dans la confiance mutuelle et l’anonymat des photos de corps de centenaires.

Un commentaire sur “Etudes et regards neufs sur les centenaires

  1. Sur un total de 11.150.516 habitants en Belgique, selon des chiffres livrés au début 2014 par l’Office des statistiques du SPF Economie,
    1 890 étaient centenaires, en majorité des femmes.
    La région bruxelloise ne compte que 254 centenaires: c’est la région où l’on trouve le moins de personnes âgées de plus de cent ans.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.