César Manrique et générativité.

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

A travers son architecture, un exemple réussi de générativité!

De nombreux architectes réalisent des ouvrages prestigieux qui modifient positivement l’ambiance d’une ville et qui deviennent même des attractions touristiques majeures.

Mais peu d’entre eux sont parvenus à influencer durablement les mentalités d’une population et à la faire adhérer à un style architectural, comme cela a été le cas dans l’île de Lanzarote (îles Canaries, Espagne)

 

 « Créer avec une liberté absolue, sans angoisses et recettes, console l’âme et ouvre un chemin pour le plaisir de vivre».

César Manrique

Manrique

Sculpture mobile de Manrique

Architecte, César Manrique (1919-1992) fut d’abord peintre et sculpteur. C’est pourtant par son travail architectural qu’il a transmis sa vision aux habitants, imprégné l’île volcanique de Lanzarote de manière à en préserver la nature et l’identité culturelle.

De retour dans son île natale, César Manrique veut en faire un bel endroit qui ne sera pas massacré par le tourisme de masse. Pour son  projet, il ne retient que la méthode de construction traditionnelle de Lanzarote, des bâtiments qui ne dépassent pas deux étages et décide la suppression des panneaux publicitaires sur les bords des routes.

 

Maison Manrique.jpg

Intérieur de la maison de César Manrique à Tachiche

 

Un champ de lave noire figée à Tachiche retient son attention pour la construction de sa maison. Lors de la construction, César Manrique  y découvre cinq bulles de lave qu’il intègre dans la bâtisse. Son art architectural vise toujours à préserver harmonieusement les rochers, les pierres et coulées de lave figées (comme la salle de concert Jameos del Agua avec 600 places assises dans une caverne de lave). Les couleurs restent naturelles : noir et gris (pierre de lave) ainsi que le blanc (calcaire) et sont relevées de touches de couleurs vives (rouge, bleu). Une musique méditative adoucit l’ambiance. La fondation César Manrique est installée dans cette maison.

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Même si son pari semblait un peu fou, cet artiste a parcouru l’île, rencontré inlassablement ses habitants pour partager son message. Ce qui n’était qu’une utopie consistant  à concilier  écologie, art et tourisme et qui dessine toujours actuellement le paysage de Lanzarote.

À l’extérieur où la végétation est peu prolifique, Manrique avait disposé des sculptures mobiles que bercent toujours les alizés….