« Les vieilles » Pascale Gautier.

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;
mso-ascii-font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family: »Times New Roman »;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

Dans ce  roman, Pascale Gautier Pascale dresse une galerie de portraits et décrit les passe-temps de quelques vieilles veuves, plutôt fortunées, dérangées et dérangeantes, autonomes, surmontant ou masquant quelques déficiences.

Toutes habitent le Trou, village-mouroir où la moyenne d’âge frise les 80 ans et où il fait beau toute l’année. On y voit la bigote, l’acariâtre, mais aussi celle qui parle en secret avec son mari mort, celle qui veut retrouver sa jeunesse ou d’autres mécontentes de leurs enfants. Ces femmes se préparent dans le désarroi à l’arrivée d’un astéroïde et à l’imminente fin du monde. Le Trou cède alors à la panique et les suicides se succèdent. Les histoires d’amour ou de famille tournent mal. Le curé, le père Catelan, lui- même ne croit plus à rien et fuit au volant d’un 4 x 4.

Seul le crématorium tourne à plein régime et le village des vieilles vire au village des morts.

route.jpg

v:* {behavior:url(#default#VML);}
o:* {behavior:url(#default#VML);}
w:* {behavior:url(#default#VML);}
.shape {behavior:url(#default#VML);}

Normal
0
false

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Times New Roman », »serif »;
mso-ascii-font-family: »Times New Roman »;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family: »Times New Roman »;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-bidi-font-family: »Times New Roman »;
mso-bidi-theme-font:minor-bidi;
mso-fareast-language:EN-US;}

« Flou, le monde s’embellit. Une voiture la dépasse en klaxonnant » page 53

L’auteur

Pascale Gautier est directrice littéraire et auteur de plusieurs romans notamment  Mercredi (Phébus), Vertige (quai Voltaire), Trois grains de beauté, 2004 (Grand Prix de la SGDL). Les vieilles est paru aux éditions Joëlle Losfeld en 2010 et a reçu la mention spéciale du prix Renaudot Poche 2012.

 

 

Commentaire

livre.jpgDans ce roman « Les vieilles », les courts chapitres et descriptions se succèdent.  Je pensais qu’une intrigue allait démarrer ou les portraits s’affiner. Beaucoup de situations différentes, parfois drôles sont esquissées mais les vieilles s’ennuient et leur désenchantement finit par contaminer le lecteur.

Si notre avenir de seniors devait s’envisager dans un tel cadre villageois désabusé ou sinistre, ce serait tout simplement abominable. Certes au fil des ans,  les aînés confrontés à leurs nouvelles fragilités éprouvent plus de difficultés à gérer la vie quotidienne. Beaucoup de seniors parviennent, dans la réalité, à s’adapter et continuent à valoriser positivement leur parcours de vie. Les arbres les plus vieux n’ont-ils pas les fruits les plus doux, comme le dit le proverbe?

Une phrase

 « Les vieilles sont pleines de mystère. Elles portent en elles leur vie qui leur échappe ».

 « Les vieilles », Pascale Gautier (Editions Folio 215 pages) Page 195.