La démence d’un conjoint âgé

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

Un ancien entrepreneur de 89 ans  tabasse sa femme de 88 ans; son comportement aurait changé depuis quelques années. « C’est maman qui vivait le pire puisqu’il la menaçait de la battre et de nous tuer tous si elle en parlait. Elle n’a jamais osé déposer plainte ni évoquer son calvaire avec nous, même si on voyait bien qu’il y avait des problèmes » a expliqué la fille du couple.

Outre les divergences de caractère qui peuvent assombrir le quotidien des vieux couples, la démence d’un conjoint âgé qui se développe en vase clos ruine l’équilibre relationnel du couple.

Agnès, membre du corps médical exténuée par le comportement harcelant d’un parent, me racontait qu’à l’occasion d’une chute de celui-ci et de l’hospitalisation, sa démence avait été établie. Agnès qui comblait tous ses désidératas n’y avait jamais songé auparavant.

Quand on pense démence, ce sont des images de chaos qui viennent à l’esprit.

miro 2 .jpg

« Tête »  Œuvre de Joan Miro.

Fondation Pierre Gianadda. Martigny. Suisse

Mais la démence n’aboutit pas toujours à cette phase ultime aisément  identifiable.

Il y a souvent de longues années pénibles à traverser ensemble avant un diagnostic et une phase obscure, ignorée ou non détectée par les enfants, les tiers ou les spécialistes qui préfèrent aussi, dans le doute, éviter un bouleversement de vie précoce pour le couple.

Distinguer dans le climat détérioré d’un couple entre des sources habituelles de querelles, les aléas normaux du vieillissement ou la démence, est ardu.

Confusion, déficiences de mémoire, lenteur, apathie peuvent être provoqués par le parcours d’un vieillissement normal où apparaissent des  médicaments, un état dépressif, des difficultés d’audition, de vue, des troubles mineurs de mémoire: tous ces aléas ne signent pas nécessairement un trouble démentiel. La prudence est requise.

Dans le doute consulter un service spécialisé permettra de faire le point sur d’éventuels troubles cognitifs d’un partenaire. Le couple sera soit rassuré soit guidé dans un suivi et un mode de communication  mutuelle plus adapté à la situation  future et moins destructeur pour leur relation.