Cactus et discordes chez certains vieux couples.

Normal
0

21

false
false
false

FR-BE
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-language:EN-US;}

 

cactus.jpg

 

Charles Berling nous a fait partager ses affres et son angoisse face aux disputes de ses vieux parents.

« Ils se disputent comme un vieux couple », c’est  plus qu’une expression. C’est une réalité.

  • Ou un couple se chamaille depuis toujours et ces disputent font tenir leur couple. Cela semble un jeu sans conséquence. Soit.
  • Ou le couple vieillit mal et ils se  disputent maintenant comme chiens et chats. Ces disputes ruinent la relation et rend la vie insupportableaux proches. Ces heurts continuels peuvent être un cauchemar anéantissant chaque protagoniste à petit feu.

Ils ont  passé beaucoup d’années ensemble, surmonté beaucoup de difficultés et leur maison devrait être un havre de paix dans l’idéal mais rien ne va plus pour ces septuagénaires ou octogénaires qui piquent comme des cactus.

Pourquoi ?

–> Parfois une des personnalités du couple a toujours été de nature irritable, critique, pessimiste… bref « difficile » à vivre. Or le vieillissement renforce les traits naturels de caractère: l’autre conjoint qui avait plutôt espéré un lissage des aspérités que leur accentuation en souffre.

–> Ou un partenaire refuse de reconnaître que l’autre a changé, est moins apte ou diminué, qu’il doit abandonner certaines tâches. Le conjoint privilégié peut même ne pas percevoir la diminution de capacités physiques ou mentales du partenaire ou se voile la face. Il met cela sur le compte d’une certaine indolence. Le vieillissement ne marque pas hélas son empreinte sur tous de manière équitable et un décalage se crée.

Lise qui commence à avoir des pertes de mémoire ne veut plus faire la cuisine: c’est une charge insoutenable pour elle au quotidien mais son mari ne veut pas prendre les repas chauds.

Arthur ne veut plus conduire mais son épouse estime que prendre le taxi est trop cher, obligeant Arthur a dépassé ses limites, ce qu’il ne veut pas avouer.

 –>Le rôle de la femme du couple est vu comme intangible: elle s’est investie, s’est ancrée dans le couple, les enfants, la famille. Le mari veut la maintenir indéfiniment dans ce rôle car elle stabilise les choses pour tous. L’identité sociale du mari basée sur ses anciennes fonctions qui prévalaient encore au moment de la pension s’érode et il peut tenter d’exercer son pouvoir au foyer. L’épouse est déstabilisée par ce nouveau contrôle dans sa sphère d’activités et peut se rebeller ou déprimer.

–> Les 4 piliers solides et indispensables pour la vie d’un couple communication, tendresse, sexualité, projets communs peuvent se déliter avec l’usure. Un des 4 piliers de la fondation du couple devient défaillant et la relation vacille continuellement… Au niveau de la communication par exemple, le simple fait d’être atteint de surdité, de ne pas y réagir, peut parasiter tout échange entre partenaires. Or, il est possible d’y remédier.

Quid?

Une rupture totale de couple à l’automne de sa vie après une très longue vie de couple est extrêmement compliquée et déstabilisante: les vies, les souvenirs sont tellement imbriqués!

D’un autre point de vue, un climat délétère, une haine froide dans le couple détériorent aussi la relation avec les grands enfants et la famille.

Sans médiation, les conjoints analysent chaque bribe conflictuelle et la surenchère s’établira jusqu’à ce que la négociation s’éteigne entre eux par lassitude. Ce sera un tableau de solitudes à deux, chambres séparées et silence.

En couple, vieillir ensemble, c’est d’ajouter de la vie aux années.
 Jacques Salomé. « La vie à chaque instant » 2012

Parmi les façons supplémentaires de faire évoluer une relation mortifère dans un vieux couple, se décentrer des conflits est une piste douce d’évolution. Changer les habitudes et essayer de privilégier tout ce qui rompt le huis clos du couple et ouvre vers l’extérieur est bénéfique. 

  1. Proposer systématiquement à votre compagnon ou compagne quelque chose de constructif avec un projet précis et réalisable: faire une activité tel jour à telle heure, une excursion, une sortie,…
  2. Essayer d’avoir chacun votre espace de vie séparé où chacun sera tranquille pour méditer, lire, écouter de la musique, s’assoupir…
  3. Reprendre ou découvrir une activité personnelle séparée: lecture, scrabble, collection, tricot ou de bricolage…soit seul ou mieux en club, en activités de jour dans un centre de votre commune.

Georges qui tournait en rond et énervait Luce, fait son arbre généalogique, ce qu’il lui a permis de reprendre contact par  téléphone ou par courrier avec d’autres membres de la famille éloignée. Ces nouveaux contacts réjouissent Luce.

Robert joue aux cartes le lundi et Marie au scrabble le jeudi…2 jours où chacun  est détendu…et leur relation s’est améliorée.

Pour vivre  ensemble à deux toute une longue vie, il faut amour et compréhension pour évoluer patiemment.

Et plus encore ! m’a dit une amie.

Votre avis sur cette question sensible ?