Lézarder le mur de la longévité biologique (2)

Si la progression de la longévité humaine se heurte à un mur invisible (voir article 1), on n’a pas encore découvert les causes  de cet arrêt programmé de notre corps au-delà d’une très longue durée de fonctionnement.

La nature nous offre de nombreux exemples qui surpassent largement la durée maximale de la vie humaine.

Dans le règne végétal, on pensera aux arbres millénaires comme le dragonnier millénaire de Ténérife. D’autres arbres sont quasi indestructibles comme le gingko, arbre majestueux pouvant atteindre 40 à 50 mètres de haut. Les plus vieux gingkos en Chine sont âgés de 3000 ans. Cette espèce résiste même aux facteurs exogènes comme les cataclysmes. Quand  la ville nippone d’Hiroshima fut anéantie en 1945 par une bombe nucléaire, toute vie fut détruite. Plusieurs ginkgos reverdirent là où tous les végétaux étaient anéantis. Les feuilles du ginkgo résistent aussi au feu et lorsque le tronc d’origine est atteint, la vie renaît par les racines.

 

Dans le règne animal,

  •  Les invertébrés gagnent la palme de la longévité.

L’espèce la plus âgée découverte à ce jour est un clam d’Islande (Arctica islandica), un mollusque vivant dans l’océan Atlantique Nord: le nombre de stries de sa coquille indique que ce mollusque aurait vécu entre 405 et 410 ans. 

Selon des recherches scientifiques, une méduse la Turritopsis nutricula  serait le seul être vivant « immortel », ce qui veut pas dire qu’elle soit indestructible, ni susceptible d’êtrte touchée par les maladies, les accidents ou les prédateurs.

 méduse2013.jpg

Un autre regard sur la méduse…menace ou alliée ?

Originaire de la  mer des Caraïbes et découverte par des chercheurs en biologie de l’université de Lecce, cette méduse quasi immortelle mesure tout au plus 5 mm.  La maturité atteinte, cette espèce de méduse ne meurt pas mais rajeunit et se régénère. Le professeur Shin Kubota, de l’université de Tokyo aurait trouvé la clé de ce processus dans les tentacules de la Turritopsis nutricula.  « Ces cellules se trouvent également dans notre corps, mais elles sont dormantes quand nous en avons besoin, nous explique le Docteur Matthias Obst, biologiste à  l’université de Göteborg. Maintenant, il faut trouver le gène qui active la protéine qui régénère. » On devine l’intérêt de cette recherche qui ouvre des pistes pour remplacer naturellement des cellules  humaines défaillantes en cellules neuves.

Ces méduses immortelles prolifèrent à travers les océans du monde entier, au point que le Docteur Maria Miglietta de l’institut marin tropical de Smithsonien a déclaré aux journalistes : « Nous nous préparons à une invasion silencieuse mondiale». 

  • Parmi les vertébrés:

-Pour les animaux terrestres à sang froid dont le métabolisme est ralenti pendant les heures froides, ce sont les des Tortues géantes des Seychelles qui détiennent le record de vie avec 150 ans à 200 ans.

-Pour les animaux à sang chaud, des examens ont pu déterminer un âge de 150 à 200 ans pour certaines baleines Boréales.

Le record suivant, parmi les animaux à sang chaud, serait en principe celui des hommes. Ou plutôt celui d’une femme (120 ans), n’est-ce pas ?